La rentabilité d’une location est un critère essentiel sur lequel s’informer avant de mettre son logement en location. Cependant, cette rentabilité varie selon que la location soit vide ou meublée. Découvrez plus d’informations sur la rentabilité d’une location meublée ou vide dans cet article !

La location meublée : un loyer élevé et une fiscalité favorable

A lire également : Comment bien choisir son chauffage ?

La courte durée du bail de la location meublée implique un changement régulier de locataires. De ce fait, les frais d’entretien sont élevés à cause du mobilier. Par conséquent, les loyers sont plus élevés pour compenser les frais d’entretien. Le loyer d’un logement meublé peut donc varier de 5 à 25 % plus cher que celui d’un logement vide. Mais, le prix du loyer d’un logement meublé se définit en fonction de la qualité des meubles ainsi que de celle des équipements électroménagers. Ce type de logement est plus adapté aux étudiants qui déménagent fréquemment sans vouloir s’encombrer de meubles de même que les touristes.

Par ailleurs, le propriétaire d’une location meublée est en général régi par le statut de loueur en meublé non professionnel. Selon ce statut, les loyers sont perçus comme des bénéfices industriels et commerciaux BCI dont les avantages diffèrent de la location meublée professionnelle. Cependant, le statut de LMNP offre au propriétaire le choix du régime forfaitaire pouvant lui permettre d’être imposé uniquement sur la moitié des loyers. Ce même statut permet aussi au propriétaire d’opter pour un régime réel afin de déduire les charges des recettes locatives.

Lire également : 5 raisons pour choisir le marbre pour votre salon

La location vide : des loyers moins élevés et une fiscalité favorable

La location meublée est de 5 à 30 % plus chère qu’une location vide. En effet, la fourniture des meubles constitue un service qui se paye. De ce fait, étant donné que la location vide ne fournit pas ce service, son loyer est donc moins élevé. Quant à la fiscalité, les loyers du logement vide sont imposés dans la catégorie des régimes fonciers. Ainsi, lorsqu’un propriétaire de location vide choisit le régime forfaitaire microfoncier, il peut bénéficier d’un abattement de 30 % sur ses revenus locatifs. Dans ce cas, le fisc n’intègre que 70 % des loyers encaissés lors du calcul de l’imposition.

En outre, le régime réel permet de déduire les charges et le bénéfice dégagé est donc imposable. Par ailleurs, le déficit foncier créé par un propriétaire de location meublée est imputable sur ses revenus globaux de 10 700 euros par an au maximum.

La rentabilité est un point parmi tant d’autres à considérer lorsqu’il s’agit de louer en vide ou meublé. Cependant, ces deux régimes locatifs ont chacun des avantages qui varient.