L’assurance loyers impayés est équivalente à la garantie des loyers impayés qui sécurise les revenus provenant du bail contre les risques locatifs. Voici cinq choses importantes que vous devez savoir sur cette assurance qui assure la protection des propriétaires contre les risques de la mise en location.

A lire aussi : Location saisonnière avec Airbnb, intéressant ou pas ?

1.   Les garanties prises en compte par cette assurance

  • Les loyers impayés: couvrant le premier impayé jusqu’au départ du locataire.
  • Les dégradations immobilières: couverture des frais de réparation liés aux dégradations causées par le locataire, son expulsion et la perte de loyers pour remise en état.
  • Le départ prématuré: Indemnisation des pertes de loyers jusqu’à récupération du logement. La procédure contentieuse couverture des charges liées aux frais de procédure, d’intervention du serrurier, de commissaire de police pour l’expulsion et les détériorations immobilières.

2.   Le cumul de l’assurance loyers impayés et la caution solidaire

Aux termes de la loi du 6 juillet 1989 en son article 22-1, le locataire ne peut être astreint au paiement d’une caution solidaire si le propriétaire a déjà souscrit à une assurance loyers impayés ou une garantie visale.

3.   Le coût de l’assurance loyers impayés

Le montant total de cette assurance dépend du loyer annuel du logement et les rétributions fixes que perçoivent les assureurs. Par conséquent le montant peut varier entre 2 et 5 % du loyer annuel, soit la moitié du loyer mensuel.

A voir aussi : Quels sont les différents types de logements étudiants ?

4.   Les logements concernés par l’assurance loyers impayés

Tout logement mis en location à titre de résidence principale doit bénéficier d’une assurance loyers impayés. Mais il faut que le montant du loyer soit inférieur à 2000 euros par mois charges comprises,. Les sous locations et les logements appartenant aux personnes morales, ne sont pas éligibles.

5.   Les locataires concernés

Vous devez aussi souscrire à cette assurance si vous avez des locataires dont le taux d’effort est inférieur à 50%. Le locataire en place, ne peut souscrire à l’assurance que s’il n’y a pas eu d’incident de paiement. Cela pendant les 6 mois précédents.